Analyse et perspective sur Anacrédit

Analyse et perspective sur Anacrédit

Anacredit signifie Analytical Credit and Credit Risk Dataset.

L’objectif de ce projet consiste à alimenter une base européenne de données sur l’ensemble des crédits de la zone euro pour prévenir un risque systémique, ou même plus simplement un risque de crédit localisé géographiquement. Ainsi il sera plus facile de prévoir les montants nécessaires pour le Bail-in de l’Union bancaire, c’est-à-dire les plans de sauvegarde autofinancés par le système bancaire. Si la contribution totale d’un EC ne dépasse pas 2% de l’encours total des crédits, la Banque centrale nationale peut exempter l’établissement de crédit du report.

Le 1er reporting mensuel et trimestriel doit être effectué sur la base des données du 30 septembre 2018. Tous les pays membres du Mécanisme européen de stabilité sont invités à respecter les normes de ce projet lancé par la BCE en 2011. Récemment, un règlement des gouverneurs de la BCE 2016/867 consolide et rend quasi obligatoire l’application de celles-ci. L’entrée en application est prévue pour le 31 décembre 2017.

 

2

Source : lettre veille réglementaire Harwell Management, novembre 2016.

Ce projet pose un nombre important de difficultés qui nécessitent l’apport d’une expertise de consultants spécialisés comme ceux d’Harwell management.

Tout d’abord nous sommes confrontés à une multiplicité de données hétérogènes. Celles-ci (remontées par les BCN vers la BCE) peuvent diverger de plusieurs points de vue : les assiettes, la description des crédits, la couverture, la qualité des données, les critères de suretés et de garanties, les critères risques tels que les données de systèmes de notation…cela biaise évidemment la transparence souhaitée du régulateur et donc l’évaluation réelle des difficultés des emprunteurs dans l’espace euro. Fait notoire, les dépôts sont aussi concernés, ce qui montre une nouvelle préoccupation de la BCE : ne pas analyser ex nihilo le risque systémique à partir uniquement des encours de crédit mais aussi des dépôts. Nous avons donc une prise en compte par le régulateur de la solvabilité du système de banques centrales, des informations quantitatives, qualitatives aussi et une centaine d’attributs de données…

Les enjeux opérationnels et synergies de projets.

L’enjeux central est celui d’être capable de combiner plusieurs types de données : on doit à la fois rapprocher des données issues des DWR risque, des systèmes de gestion et de la comptabilité. Les systèmes d’information vont donc être mis à rude épreuve. On estime que des projets de refonte de l’architecture des SI vont être nécessaires tout comme « des refontes » de l’organisation et des processus avec la nécessité de concevoir de nouveaux processus métiers, en ayant en ligne de mire la réconciliation des données.

Mentionnons un autre enjeu de taille qui est celui de la compatibilité avec d’autres projets réglementaires qui entrent en vigueur dans les prochaines années…En benchmarkant les pratiques de cabinets de conseil, on s’aperçoit que régulièrement sont mentionnés la compatibilité des projets anacredit avec les projets sur les données risques/finance (BCBS 230 et le principle for effective risk data aggregation and risk reporting) ainsi que les projets IFRS 9, CRD IV, les reporting règlementaires et statistiques existants.

Chef économiste d’Harwell Management et Knowledge Manager, Pascal est un spécialiste de la prospective économique pour le secteur bancaire.